Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Une ribambelle

Une ribambelle

Lectures et critiques

Henri de Montherlant

Henri de Montherlant

La ville dont le prince est un enfant

 

Henri de Montherlant nous décrit là une relation entre un élève de 16 ans, Sevrais, et Souplier âgé de 14 ans. L'abbé De Pradts convoque tantôt l'un, tantôt l'autre, pour faire cesser cette relation.  Souplier, par son jeune âge est emprunt de candeur et encore très peu formaté à la bienséance lorsqu'il s'agit de répondre à ses "maîtres". Sevrais est lui bien plus mature et réussit à tromper le corps enseignant et ecclésiastique lorsqu'il s'agit de retrouver Souplier. L'abbé De Pratds verrait d'un bon oeil l'éloignement de Sevrais mais ne se doute pas de ce qui se va se tramer et mettre à mal l'attachement qu'il voue à Souplier.

 

------------------------

En terminant la lecture de cette pièce de théâtre j'ai dit : "wahouuuuuuu". Vocable certainement étranger à l'auteur mais j'ai trouvé la fin très belle, très forte car je ne m'attendais pas à cette issue. 
Au cours de la lecture j'ai déploré un manque de clarté des sentiments entre les protagonistes de l'histoire car on est quand même pris entre deux feux ; est-ce une simple amitié mais dans ce cas-là, pourquoi vouloir les séparer ? Le lecteur pourrait donc en déduire qu'il s'agit d'amour puisque l'on veut séparer les personnes concernées et pourtant aucune manifestation physique n'est décrite de cet amour.
Toutefois, l'amour peut passer par un regard, une attitude, un rapprochement et la force du sentiment peut tout simplement l'être pour qui le vit mais non pour celui qui voit. 

Quand à un moment l'amour est verbalisé par Sevrais, on se demande de quel amour il peut s'agir puisqu'il avoue qu'il ne peut souffrir de jalousie envers quiconque veut du bien envers Souplier et il ajoute au sujet d'Andromaque : "Tu n'y entends rien. ça n'a rien à voir avec l'amour. J'ai un mépris ardent pour l'amour". 
Il s'agit d'un texte tout simplement magnifique dont la
 fin donne de la "chair", engraisse ces dialogues épurés.

-------------------------

Citations :

Il y a en vous un feu, mais ce n'est pas celui dont parle Saint Bernard, c'est un feu qui brûle et qui n'éclaire pas.

-----

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Guillome 08/10/2014 11:12

je n'ai jamais lu Montherlant, cette pièce devrait me plaire. Merci pour la découverte !

Une ribambelle 08/10/2014 19:44

J'avais déjà lu deux de ses livres il y a vingt ans de cela mais je n'en ai aucun souvenir. Celui-ci m'a bien plu.