Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Une ribambelle

Une ribambelle

Lectures et critiques

Terminus mon ange

Terminus mon ange

Mystérieusement, elle dégagea alors, pour la première fois, quelque chose de réellement sympathique. Comme un marron tripoté assez longtemps pour devenir un peu tiède. Un marron tout neuf, ramassé dans la cour de récré au mois de septembre, et qu'on garde toujours au fond d'une poche, celle d'un short trop juste parce qu'on a déjà tellement grandi depuis le printemps où on l'avait acheté avec sa mère sur un étal du marché de la place Cabrol ou au Prisunic de la rue Cayrade. Alors à ce moment, ce marron-là, qu'on a caressé de ses doigts assez longtemps pour qu'il tiédisse, devient vraiment sympathique. Comme cette fille, maintenant-mais sans le moindre tripotage, évidemment.

Terminus mon ange

J'ai pris une claque. Une belle claque avec ce livre. J'aurais pu dire de ce roman qu'il était drôle, surtout au début. L'histoire d'un homme qui se retrouve face à une femme qui lui plait. Ils sont dans le compartiment d'un train. Elle est là, face à lui, riche de son sac à main de luxe, bien coiffée, bien maquillée, bien habillée. Lui, il pense à elle, à entamer la discussion. Puis j'aurais pu dire de ce roman que c'était un petit bijou car les remarques que se faisait cet homme étaient agréables à lire, drôles. Et arrive le moment où l'on comprend qui est l'homme. On comprend aussi que l'ange du titre du livre n'est pas cette femme. On sent que l'on commence à basculer vers autre chose avec l'arrivée du contrôleur du train. Puis avec la réaction de cette belle femme, belle jusqu'au bout des ongles....

 

J'ai adoré ce roman, vraiment.
J'en redemande.
Je voudrais vous obliger à le lire :-)
IL est court et se lit très vite.

----------------

Un conseil : ne pas lire la 4ème de couverture. Je ne l'ai lue qu'après avoir refermé le livre et m'en félicite. Cela donne trop d'indices. J'ai même du mal à comprendre pourquoi ils ont mis ce texte en 4ème de couverture.

 

 


 

Elle ne sait plus. ELle est perdue. Lui non plus ne comprend pas ce qu'elle est en train de faire. Mais les doigts savent. Ses doigts à elle viennent se coller à ceux de l'homme. Puis elle lui ouvre sa main, la lui offre. Il l'enserre, trop fort. Elle répond de même. ça dure. ils se regardent. Ils se tiennent la main.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article