Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Une ribambelle

Une ribambelle

Lectures et critiques

Le dilemme du prisonnier - Richard Powers

Le dilemme du prisonnier - Richard Powers

Tout est parti d' une critique de ce roman sur Babelio. Enthousiasmée par l'engouement du lecteur duquel j'avais lu l'avis, j'ai cédé à la tentation.
 

Je me suis donc retrouvée embarquée au côté d'une famille américaine, un couple et quatre enfants. L'épouse m'a paru discrète, effacée. Il faut dire que son mari focalise l'attention sur lui mais bien malgré lui. Eddie Senior est atteint d'un mal mystérieux (évanouissements, absence, saignements). Alors l'épouse veille et tous semblent vivre bon gré mal gré avec les désordres du cerveau paternel. Les enfants sont différents les uns des autres mais ont cependant des points communs : l'amour qu'ils portent à leurs parents dut-il passer par le sarcasme ou la moquerie ; leur gentillesse.

 

Mon avis : ce roman est dense, varié, bien écrit, avec des passages ardus qui ne m’ont pas du tout rebutée. Je n’ai pas du aimé tous les passages en italiques  qui doivent composer la moitié du roman. J’ai eu du mal à comprendre qui parlait lors de chacun des passages. Et pourtant j’ai beaucoup aimé ce roman. Je l’ai trouvé confortable, je m’y suis plu comme s’il était un cocon, un refuge douillet ; je n’avais pas envie de le quitter, de les quitter ; je voulais rester avec cette famille dont le père est un peu déjanté tout comme ses enfants, ai-je trouvé. L’union de la famille malgré des membres complètement différents et zinzins y sont pour beaucoup comme si rien ne pouvait faire éclater cette cellule familiale qui se serait prémunie des attaques extérieures par un filet ou une toile invisible. Bien que je n’aie pas aimé voir le récit s’interrompre par ces chapitres en italiques, je les ai tout de même lus dans l’attente de pouvoir découvrir le chapitre suivant qui me ramènerait au milieu de la famille, dans leur réel. Je les ai considérés comme un passage nécessaire entre un chapitre et un autre. J’ai suivi les Hobson et me suis laissée porter par eux sans chercher à tout décortiquer, à tout comprendre, en leur faisant une confiance aveugle.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marion 24/03/2015 02:00

Du même Richard Powers, j'ai beaucoup aimé "Le temps où nous chantions ". Celui-ci devrait bien me plaire également d'après ton billet. Il se pourrait même qu'il y ait quelques thèmes communs... Famille/clan... disons... pas comme les autres...

Une ribambelle 24/03/2015 07:16

Merci du tuyau. Je vais regarder s ils l ont à la mediathèque.

Alex-Mot-à-Mots 01/02/2015 20:09

Bonne pioche, alors !

Une ribambelle 01/02/2015 20:19

Ah oui :-) Ceci dit il y a des livres plébiscités ou avec quelques critiques enjouées qui in fine ne me plaisent pas.

le Bison 01/02/2015 15:08

Grand succès sur Babelio, sur les blogs, sur les critiques littéraires. Je me laisserait certainement tenté un jour. Même pour ses chapitres en italiques. Surtout pour ces chapitres en italique, parce que je n'ai rien compris à ces chapitres en italiques, et que les chapitres en italiques m'intriguent....

uneribambelle 01/02/2015 17:04

Ah ça, pour intriguer, ça intrigue ! Mais bon, je les ai lus, tranquille Emile, sans vouloir trop y réfléchir (déjà que certains me semblaient un poil longuets alors s'il avait fallu que je les comprenne tous, cela aurait trop fait travailler mon cerveau).