Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Une ribambelle

Une ribambelle

Lectures et critiques

L'arbre à bouteilles - Joe R. Lansdale

L'arbre à bouteilles - Joe R. Lansdale

 

Hap travaille dans une roseraie et on ne peut pas dire que son patron soit un modèle en la matière. Et comme Hap ne fait pas dans la dentelle et ne s'encombre pas de manière, il plante son boulot sans tambour ni trompette et va filer un coup de main à son pote Leonard qui vient d'hériter de la maison de Chester, son oncle décédé. 
Il ne s'agit nullement d'une maison style colonial ou d'un ranch mais plutôt d'une bicoque en décomposition dans un quartier à l'abandon où le voisin a établi le QG de son commerce bien florissant (la drogue ne connait pas la crise).
Aussi, les voilà qui se mettent à faire du bricolage dans la maison pour lui rendre un aspect moins miteux et Leonard découvre les biens qui lui ont été transmis lors de la succession. Il est quelque peu consterné d'y trouver des bons de réduction (périmés), une toile qui est une vieille croûte ; rien de bien folichon.
En voulant refaire la bicoque, ils s'aperçoivent que des lattes de plancher sont plus récentes que d'autres.....
Pourquoi donc avoir remis à un endroit du bois neuf ? Les deux compères intrigués vont jouer les menuisiers et faire une découverte bien macabre..... Que faire ? Prévenir la police au risque de jeter l'opprobre sur le défunt ? Se taire ? En parler à un pote policier ou mener l'enquête discrètement ?

----------------------------

Dans les films et les livres, des duos il y en a à la pelle. Les deux personnages peuvent se ressembler ou être différents, se disputer ou être toujours d'accord, peu importe. L'essentiel est qu'on aime les deux protagonistes (avec parfois une préférence pour l'un), que le duo fonctionne, nous fasse rire, nous émeuve. C'est le cas des deux compères de ce roman. Dissemblables physiquement, ils ont eu à compter l'un sur l'autre et continuent d'avoir besoin l'un de l'autre comme s'ils étaient liés par un fil invisible. Plus liés que peut l'être une fratrie. Ils ont su m'émouvoir, me faire sourire. Leur langage très nature, très imagé et brut de décoffrage leur va bien.
J'ai eu une petite préférence pour Hap. J'aurais pu m'asseoir à ses côtés sur la balancelle et au soleil couchant, dans la moiteur ambiante, nous aurions bu une bonne bière bien fraîche en attendant avec impatience que l'orage éclate et que la pluie arrive enfin. Point de parole. Juste le bruit de l'arbre à bouteilles.

----------------------

Un immense merci au bison qui m'a donné envie de lire ce livre. Je ne m'attendais pas à aimer autant ces personnages et la moiteur ambiante.

----------------------

Le lendemain. Un samedi. Il faisait chaud (...) Debout sur la berge, à l'ombre des saules pleureurs, on lançait nos lignes.
Les poissons ne mordaient pas, mais les moustiques, oui. Et ils étaient mauvais, ici, parce que l'eau stagnante offrait à ces petits salopards un lieu de reproduction idéal. Florida portait un short en jean vraiment mini (....) Elle passait plus de temps à s'envoyer des claques qu'à surveiller sa ligne.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

le Bison 10/02/2015 22:37

Désolé mais la balancelle est déjà prise. Je bois une bière avec Florida sur mes genoux pendant que Hap et Leo font le ménage dans la crack-house d'à-côté !

Une ribambelle 11/02/2015 07:22

Comment ça la balancelle est prise ? N'oublie pas qu'il y a la possibilité de prendre la voiture avec Florida et d'aller faire un tour pour voir le magnifique point de vue qu'offre la voiture en pleine campagne (avec les poubelles bien enchaînées). Sinon vous pouvez aller pêcher (et pécher) tous les deux.

manU 08/02/2015 20:57

Je les adore ces deux-là !

Une ribambelle 09/02/2015 07:39

Moi aussi. Je vais en lire d'autres. Ils m'ont fait passer un vrai bon moment.