Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Une ribambelle

Une ribambelle

Lectures et critiques

La bande à Suzanne - Jean-François Deniau

La bande à Suzanne - Jean-François Deniau

Serge, rom, est repéré par Suzanne alors qu'il commet un vol. Suzanne est un canon. Avec sa mini-jupe sur son deux roues elle embringue Serge, le conduit dans un no man's land à la sortie de Paris. Serge y découvre des camarades avec lesquels il va voler et Suzanne, elle, trône et régente tout ce petit monde-là. Serge découvre aussi Suzanne, charnellement, mais on ne sait rien d'elle. Elle ne se dévoile pas. Il y a une hiérarchie à respecter, des codes de conduite et l'humiliation ou la maltraitance n'est pas loin.

Le récit s'ouvre par Serge, au tribunal.

--------------------------

Ce roman est tout petit, 110 pages environ et écrit plutôt gros. Pour ne rien dévoiler, il ne s'est pas passé beaucoup de choses transcendantes dans ce roman donc je dirais qu'il ne m'a pas apporté grand-chose à l'exclusion des 12 dernières pages qui dénotent vraiment du reste du livre.

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

manU 09/04/2015 18:08

Je passe mon tour ! :)

Une ribambelle 09/04/2015 20:06

Remarque, dans une salle d'attente ou en attendant le train, ça peut convenir mais il ne faut pas attendre le train trop longtemps car le roman est bref et se lit vite.

le Bison 08/04/2015 23:01

Un livre à lire en commençant par la fin :)

Une ribambelle 09/04/2015 07:59

Je n'y aurais pas pensé ! Mais alors j'aurais été déçue en arrivant au début

Alex-Mot-à-Mots 07/04/2015 13:05

Mais que se passe-t-il donc dans les 12 dernières pages ?!

Une ribambelle 07/04/2015 13:36

En fait à la fin du dernier chapitre, la scène se passe au tribunal et on comprend enfin qui est Suzanne. Quant à la lecture de l'épilogue du roman (3 pages) c'est enfin là qu' il se passe quelque chose (voire plusieurs choses) concernant Serge, Suzanne et j'ai été surprise car je ne m'attendais plus à rien puisque c'était la fin.