Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Une ribambelle

Une ribambelle

Lectures et critiques

Peyton Place - Grace Metalious

Peyton Place - Grace Metalious

Peyton Place, Nouvelle-Angleterre, 3000 habitants. Une rue où habitent les notables de la ville, d'autres où vivent les autres habitants et enfin à l'écart du bourg, les zoniers. La ville semble vouloir garder une image lisse, proprette.
En 1939 il vaut mieux rester dans le droit chemin, vivre selon les règles morales en vigueur et choisir son camp religieux : catholique ou protestant. 
Constance MacKenzie est veuve et vit avec sa fille Allison, 13 ans. Dans le salon trône la photo du défunt père. Constance voit d'un mauvais oeil qu'Allison fréquente Selena, belle-fille d'un zonier et qui vit dans une masure. Il faut dire que Selena fréquente un jeune homme....
Chacun scrute d'ailleurs les évolutions physiques des jeunes filles, leurs fréquentations et y va de son petit commentaire.
Quant aux familles, elles veillent sur leur progéniture de façon arbitraire et autoritaire.
Malgré tout, derrière les façades des drames se jouent : abus parentaux, abus d'autorité de la part de certaines sommités. Au milieu de cela tentent de vivre des jeunes adolescents, des enfants emprunts de la naïveté et de l'innocence propre à leur âge et qui n'ont pas le vice que l'on voudrait leur attribuer.
Puis les choses évoluent. Un nouvel enseignant, un grec, arrive "en ville". La guerre fait rage en Europe. Le médecin va remettre en cause sa morale et la loi. Et tout se détricote, s'enclanche. Les uns vont perdre leur innocence, leur vie, les autres leurs enfants, leur foi en leur métier ou en leur religion et d'autres vont tomber de leur piédestal.

 

--------------------------------

J'ai bien aimé ce roman qui se lit facilement et qui s'il dépeint juste la vie des gens sait nous toucher parfois et nous surprendre, exhumer des affaires que l'on croyait enfouies. Il décrit très bien ce que devait être une petite ville américaine en 1939, qui vit au rythme des saisons, des périodes de fournaise, de l'été indien et où l'on vit entre soi, entre gens de même classe sociale.

 

Le livre paru en 1956 aux Etats-Unis a été interdit d'exportation dans les pays du Commonwealth, au Canada et dans certains autres états (Indiana, Nebraska). Ceci n'a pas empêché le livre de trouver sa place : 60 000 livres vendus en 10 jours et 10 millions à ce jour. 
La post
face explique très bien ce qui a choqué à l'époque : l'inceste, la sexualité féminine, nommer et décrire certaines parties du corps de la femme (les seins)....Très intéressante postface qui replace dans le contexte moral de l'époque cette histoire.

-----------------------------------

Deux maladresses dans la traduction : "Formide" dans le sens de "Formidable" en abrégé. Alors si en anglais on dit peut-être "Formid" pour "Formidable", on ne peut pas le dire en français. Et puis traduire "Hello" par "Hello", ça ne va pas non plus. Je n'imagine pas un père français dire à son enfant en 1939 "Hello Jean-Philippe"...Si l'original était "Hello", je pense qu'il y avait d'autres alternatives à celle choisie.

------------------------------------

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

manU 31/05/2015 21:04

J'ai eu ça dans une vieille édition J'ai lu, je me demande si je l'ai encore...

uneribambelle 31/05/2015 21:23

En poche il y a plusieurs volumes il me semble.

Alex-Mot-à-Mots 29/05/2015 09:51

Heureusement qu'il y a la post-face.

Une ribambelle 30/05/2015 08:25

La postface est très bien aussi, comme le livre, mais le succès rencontré par le livre a finalement rendu l'auteur alcoolique et elle est décédée précocément d'une cirrhose du foie.

le Bison 29/05/2015 09:32

Déjà rien que la couverture me donne envie... et ce n'est pas parce que dessous, on y décrit les seins de la femme :)

Une ribambelle 30/05/2015 08:22

On y décrit aussi la canicule qui cloue tout le monde au sol, les jolies prairies, l'été indien...:-)