Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Une ribambelle

Une ribambelle

Lectures et critiques

Les douze portes dans la maison du sergent Gordon - George Makana Clark

Les douze portes dans la maison du sergent Gordon - George Makana Clark

George Makana Clark ouvre son récit sur la mort de Gordon. Très vite on retrouve Gordon dans une mine, sous la terre, suant, étouffant, côtoyant la mort, la folie et la violence inimaginable et indicible. Nous sommes en 1978. Au terme de quelques années, une fois sorti de l'enfer, l'homme découvre ce qu'est devenu son pays. A cet instant, le récit va faire une marche arrière, puis encore une autre afin de découvrir Gordon, son amoureuse, ses parents, leurs vies dans ce pays qu'était la Rhodésie. Hiérarchie entre blancs, noirs et métis. Violence de ceux qui se réclament de l'Eglise. Traditions et croyances africaines, chants. Une marche arrière qui va nous mener à la naissance de Gordon.

--------------------------------

Mon avis : la compréhension de ce récit a été difficile en raison de sa construction particulière. On peut trouver dans certains romans un fait Z et pour nous en faire comprendre le sens, l'auteur reprend la genèse en partant du tout début à savoir le point A pour nous mener au point Y. La boucle est bouclée. Or là, le récit relate le fait Z, puis le fait Y, puis le fait X, remontant aux origines avec le A. Le souci est que l'on découvre un fait et des personnages, puis le chapitre suivant on découvre d'autres personnages ou d'autres faits sans vraiment réussir à faire le lien avec l'histoire contée précédemment ; le déroulement temporel est si confus que l'on a bien du mal à suivre. On découvre de nouveaux faits et de nouveaux personnages qui s'ils nous donnent une petite explication à ce qui a été décrit précédemment ajoutent dans le même temps des mystères supplémentaires rendant difficile la compréhension de ce qui s'est déroulé et de ce qui se passe.
J'ajouterai qu'il existe une violence certaine au début du roman mais fort heureusement l'écriture nous mène vers un plus de douceur à la fin.

 

Je remercie les Editions Anne Carrère et Babelio pour ce roman eu lors de la dernière masse critique.


 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article