Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Une ribambelle

Une ribambelle

Lectures et critiques

Yasser Arafat m'a regardé et m'a souri - Yussef Bazzi - Traduction et postface de Mathias Enard

Yasser Arafat m'a regardé et m'a souri - Yussef Bazzi - Traduction et postface de Mathias Enard

 

Nous sommes au Liban en 1981. Le narrateur, 14 ans, reçoit des armes, un uniforme et s'apprête à livrer le combat au moyen d'armes lourdes. Il est affecté aux Forces centrales d'intervention du Parti social nationaliste syrien à Beyrouth.

Une ville à sac avec un condensé de groupes, partis, tendances : communistes, combattants du Parti arabe du Travail, socialistes progressistes, Mourabitoun.

Ce récit qui pourrait être triste et larmoyant est parfois grave mais se révèle aussi tragi-comique du fait d'un antagonisme entre le jeune âge de ce garçon et la mission d'homme qui lui est confiée et du récit du point de vue de l'enfant. 

Assez grand pour combattre, il est étonné de se voir refouler l'entrée de l'hôpital de l'université américaine lorsqu'il y va pour donner son sang. Il est trop jeune lui dit-on. Trop jeune pour sauver des vies en donnant son sang mais pas trop jeune pour se vider de son sang et perdre sa vie en combattant. 

Assez grand pour combattre mais qui reste pétrifié au moment de donner l'assaut dans un théâtre :

Assis dans l'obscurité, les spectateurs sont paralysés par la surprise et la peur, et, quelques secondes avant que les lumières s'allument, je suis moi aussi immobilisé, étourdi, anéanti par le choc : je vois la première scène pornographique de ma vie. Je n'ai pas encore 14 ans.........armé jusqu'aux dents et en uniforme, je détaille, en gros plan, sur toute la largeur de l'écran, une vulve glabre, rose et européenne qui restera gravée dans ma mémoire jusqu'à la fin de mes jours.

De la violence certes, mais l'innocence ressurgit parfois : le jeune héros dévoré par la soif a des hallucinations qui lui font voir des chutes d'eau généreuses, des sources glacées et qui après s'être à moitié évanoui s'endort en suçant son pouce....
Et au milieu, le brevet des collèges, puis plus tard le baccalauréat à passer.

 

Un gros coup de coeur pour ce court récit qui malgré le fond grave garde une forme parfois candide dans la retranscription de cette guerre et de ces combats nébuleux.
Magnifique postface de Mathias Enard.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

sous les galets 05/11/2015 06:53

Punaise, ça a changé par ici dis donc....Il est très intéressant ce billet, et je dois dire que la postface d'Enhardi rajoute une petite cerise sur le gâteau.Noté

Une ribambelle 05/11/2015 06:58

L'automne arrive donc je renouvelle la façade extérieure du logis :-)
Ce récit est très bien, jusqu'à la fin. Même les cinq dernières lignes que je ne peux pas dévoiler (même si ce n'est pas du suspens) sont dans la pure lignée du ton du récit ; j'ai eu envie de sourire mais c'est un sourire jaune.

Alex-Mot-à-Mots 04/11/2015 10:47

Je m'empresse de le noter.

uneribambelle 04/11/2015 10:49

Excellente initiative :-)

Aifelle 03/11/2015 11:14

Un roman que je n'avais pas particulièrement remarqué ; je le note.

uneribambelle 03/11/2015 11:35

En plus il se lit très vite car il est bref. Des annexes avec la chronologie des événements et le lexique expliqué.