Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Une ribambelle

Une ribambelle

Lectures et critiques

Le Livre des Baltimore - Joël Dicker

Le Livre des Baltimore - Joël Dicker

Il y a deux familles qui sont issues d'une seule ; le couple Goldman a eu deux enfants, mariés chacun de leur côté et avec chacun un enfant. Les frères n'ont pas la même profession, pas les mêmes moyens et l'une des familles semble être la préférée du patriarche. Peu importe pour celle qui ne semble pas être traitée d'égal à égal. Les cousins s'entendent bien et forment un clan, les deux familles se voient l'été et les grands-parents semblent aimer leurs petits-enfants. Mais ce que l'on voit dans la vitrine est-il la réalité ou bien seulement une partie de l'iceberg ?
Le narrateur qui est un des cousins devenu adulte, nous informe qu'un drame s'est joué. Mais quel drame ? 
Il va falloir près de 470 pages, des allers-retours incessants entre des récits concernant l'enfance des garçons, leur vie d'adulte, la vie de leurs parents adultes, la vie de leurs parents enfants pour connaître le drame. Mais surtout, avant d'aboutir  la vérité une phrase qui revient telle une litanie : "Onze ans avant le Drame, dont le décompte avait commencé" ; "comment aurais-je pu imaginer ce qui allait leur arriver ? " ; "Nous sommes à un mois du Drame, mais nous ne le savons pas encore". Que de fois ce style de phrase ou le mot "Drame" a-t-il été écrit avant que nous sachions enfin la vérité. Je me suis même demandé si il allait enfin daigner nous dire ce qui s'était passé. Trop de pages, trop de récits consacrés aux facéties des cousins et à leur enfance, trop d'allers-retours entre les différentes époques. J'ai failli ne pas aller au bout. Même si je reconnais que la fin est plutôt émouvante, j'ai saturé de la longueur du récit et du mot "Drame" agité trop régulièrement tel un chiffon blanc devant mes yeux. J'ai eu envie de dire à l'auteur : "abrège" !
 

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Corentine 14/02/2017 11:30

J'ai eu la chance de rencontrer Joël Dicker et en lui posant la question : "Connaissiez-vous la fin de votre histoire quand vous vous êtes mis à l'écrire ?" il m'a répondu que non, il n'en avait aucune idée, elle lui est venue naturellement au fil de l'écriture. Du coup, ça explique peut-être pourquoi il en parle autant de ce "drame", car lui-même ne savait pas ce qu'il en était XD

Une ribambelle 14/02/2017 11:54

Et bien la prochaine fois je lui suggère de faire un plan détaillé avec une introduction, des parties et une conclusion. On y verra un peu plus clair : lui comme moi.

dasola 19/07/2016 08:12

Bonjour Une Ribambelle, pas tentée par cet écrivain malgré les bonnes critiques (sauf la tienne). Merci. Bonne journée.

uneribambelle 19/07/2016 09:20

Du coup je te conforte dans ta décision :-)

Violette 01/07/2016 20:39

j'ai déjà été agacée par son 1er roman, tu confirmes que je ne dois surtout pas lire celui-là (qui a peu de succès, nan?)

uneribambelle 01/07/2016 20:57

J'ai quand même entendu pas mal d'éloges alors je me suis fait berner. ça me réconforte. En écrivant mon article j'ai cru que j'allais me faire lyncher.

le Bison 30/06/2016 20:08

et moi qui faillit être intéressé par ce titre...

Une ribambelle 30/06/2016 20:12

Il paraît que La vérité sur l'affaire Harry Quebert est bien. A voir mais sache que je ne compte pas le lire pour te donner mon avis. Je te laisse te sacrifier.

Alex-Mot-à-Mots 28/06/2016 13:56

Flûte, il m'attend dans ma liseuse. Comme toi, je n'aime pas quand l'auteur annonce trop lourdement le drame.

uneribambelle 28/06/2016 14:01

le descriptif du drame est arrivé vers la 400ème page et il y a 470 pages. Ce qui m'a agacé le plus ce fut cette façon fréquente de clore les chapitres en nous balançant une phrase sur le drame. D'ailleurs s'il a mis une majuscule à Drame, c'était bien pour donner une forte présence et signification à ce mot.