Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Une ribambelle

Une ribambelle

Lectures et critiques

Les mots entre mes mains - Guinevere Glasfurd

J'avais reçu ce livre dans le cadre des Match de la rentrée littéraire et j'avais complètement oublié que la date limite était le 2 novembre. Dans ma tête de blonde, il s'agissait du 2 décembre. Heureusement que ce matin, prise d'un doute, je suis allée vérifier... Bref. Voici ma critique. Première fois que je suis hors délai pour un challenge.

Pays-Bas. 1632. Le père d'Helena est mort et une fois que sa mère a vendu ce qui aurait dû être le trousseau de mariage de sa fille, il faut trouver de l'argent. Thomas, le frère d' Helena s'engage dans la marine et part pour les Indes tandis que la jeune fille se fait embaucher chez un libraire, Mr Sergeant. Un visiteur, originaire de France, vient loger chez ce libraire pour bénéficier de tranquillité et pour y travailler. La jeune servante ne connait rien de de ce Français qu'elle appelle "le Monsieur". Il faut dire qu'il passe beaucoup de temps enfermé dans sa chambre à écrire, réfléchir et travailler. Une idylle va naître entre ces deux êtres de condition sociale différente, de nationalité différente, de culture différente. Puis l'enfant s'annonce....

-------------------------------------

J'ai beaucoup aimé ce roman qui  ne déborde pas de sentiments mielleux ; je pense que le pays et surtout l'époque y sont pour beaucoup dans l'orientation prise par l'auteur pour décrire les sentiments des uns et des autres. J'ai beaucoup aimé les personnages. On y découvre un Descartes plutôt taciturne,sur la réserve quant à ses sentiments. J'ai trouvé qu'Helena était plutôt sûre d'elle pour une jeune fille de sa condition et sans réel soutien familial en 1635. L'histoire est émouvante et belle. Je suis ravie d'avoir porté mon choix sur ce roman. Il faut dire que j'ai peu hésité ; pourtant je ne me dirige quasiment jamais vers des histoires d'amour. L'influence de Descartes m'a sûrement poussée à choisir ce livre.

Un grand merci pour ces matchs de la rentrée littéraire.

 

Plus bas, ses manches sont froncées aux coudes et nouées aux poignets : j'ai repassé les plis pas plus tard qu'hier. Au moment où je relève les yeux, il détourne les siens rapidement. Est-ce l'éclat du soleil ? Je crois remarquer que ses joues sont plus colorées. Il fait passer son poids d'un pied sur l'autre, et sa hanche effleure la mienne. Je m'efforce de rester aussi immobile que possible, mais là où le contact a eu lieu, ma peau me démange furieusement.

Monsieur a dit : Les livres ont de la force. Ils ont des conséquences.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

dasola 11/12/2016 08:56

Bonjour Une ribambelle, j'ai trouvé ce premier roman très réussi et j'ai aimé le personnage d'Helena pas mièvre du tout. Bon dimanche.

Une ribambelle 11/12/2016 09:42

Tu as complètement raison. Elle n'a rien de mièvre. Ravie qu'il t'ait plu.

Alex-Mot-à-Mots 22/11/2016 18:01

Merci Descartes, alors.

Une ribambelle 24/11/2016 07:57

Oui. Il faut dire que je me souviens avoir étudié Descartes en philo en 2nde C'était le premier que l'on avait abordé en philo.

Aifelle 22/11/2016 13:32

Il n'y a pas eu beaucoup de billets sur ce roman, qui a l'air pourtant réussi.

Une ribambelle 24/11/2016 07:56

Absolument. Je ne sais pas pourquoi on en parle peu.