Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Lectures et critiques

Une ribambelle

La Quête du trésor du Temple - Jean d'Aillon

La Quête du trésor du Temple - Jean d'Aillon

Robert de l'Aigle,  chevalier, envisage de faire partie de l'Ordre du Temple à l'instar de certains membres de sa famille. Le voici sollicité pour convoyer en lieu sûr des coffres forts nombreux contenant des trésors de l'Ordre.
Guillaume de Nogaret, conseiller de Philippe le Bel, sous-entend que les membres de l'Ordre du Temple sont des hérétiques et idolâtres qu'il convient de combattre. Il n'a donc plus qu'une idée en tête : arrêter Robert de l'Aigle en sa qualité d'idolâtre et retrouver ce fameux trésor.
La chasse à la fortune et à Robert de l'Aigle est lancée.

----------------------------------

La prose de Jean d'Aillon est limpide et dès les premières pages j'ai été happée. Par ailleurs l'auteur réussit à nous faire aimer les personnages si bien que l'on a de l'empathie, que l'on craint leur arrestation au même titre qu'eux qui mettent tout en oeuvre pour passer inaperçus et fuir. Lorsqu'ils arpentent les campagnes à cheval ou se croient en sécurité en Angleterre, on a envie de les prévenir du danger. Jean d'Aillon sait aussi jouer avec nos nerfs pour nous faire douter de certains personnages ; j'ai cru à plusieurs reprises débusquer un traître. Enfin la description des campagnes, de ce Paris minuscule, des tenues et habitudes de vie est si bien décrite que j'ai été immergée sans peine au milieu de Perrine, Robert, Cappon.....pour mon plus grand plaisir. Quant au Moyen Âge qui est ma période historique voire littéraire favorite, il a contribué à me faire aimer cette lecture.

Je remercie Babelio et Les Presses de la Cité pour ce livre envoyé suite à une masse critique.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
Un roman à la limite du polar, d'après ton billet.
Répondre
U
Oui. Il s'agit d'une course-poursuite (mais à cheval et par delà la Manche). Et puis l'on tremble parfois en voyant que certains semblent plus royalistes que le roi, comme on dit.