Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Lectures et critiques

Une ribambelle

Egypte 51 - Yasmine Khlat

Egypte 51 - Yasmine Khlat

Egypte 51. S'ouvre l' échange épistolaire conduit par Mia et Stéphane. Issus de familles syro-libanaises, il aura suffi d'une rencontre pour que l'un s'amourache de l'autre. Le coeur de Mia est encore occupé par l'ombre d'un homme. Les lendemains égyptiens verront-ils enfin la naissance d'une idylle réciproque ? 
-----------------------------
Je lis les soixante-dix premières pages sans être réellement sensible aux mots de ces deux jeunes gens quand arrive l'année 56. Là, je pressens que l'émotion va me gagner, petit à petit.
56. Agression tripartite contre l'Egypte. L'exil. Monrovia racontée par Jo m'attrape. Je découvre cet homme, suis touchée par sa solitude, ce qu'il me raconte. ça y est. Les mots de Jo et l'évocation de ses souvenirs m'ont ferrée. Je suis prise dans les rets de cette histoire familiale dont je n'avais vu que l'ébauche. Mon coeur est touché. 
Liban 75. Quelques lettres de Mia et Stéphane. Je les retrouve. Il est des exils et des guerres qui rassemblent et d'autres qui séparent. Pourtant je suis confiante, l'amour est là. Fuir Beyrouth. Gagner ensemble Faraya. Oui, rester ensemble à tout jamais.
Liban 84. J'esquisse un sourire me disant que les histoires familiales peuvent se répéter, prendre une même tournure lorsque je découvre les mots de Téo. Mon coeur se serre à la lecture de sa fragilité, sa solitude et cet espoir qui s'écrivent sous mes yeux. Je voudrais la sérénité pour lui, voir ses espérances prendre forme. Quelques-uns en auront décidé autrement. Mon coeur se serre, explose, fait jaillir mes larmes. Bouleversée par cette fin.

COUP DE COEUR pour le récit de ces vies faites d'exil, d' amours, d'attentes, de séparations, de retrouvailles, de souvenirs.

Nous devrions tous, nous autres qui avons été blessés par des balles ou des éclats d'obus, ou même rescapés de massacres, sortir en même temps pour protester, pour appeler le pays à la paix. Sortir sur nos chaises roulantes ou rampants. Sortir sur les balcons et dans les rues. Nous serions rois et reines d'un matin blême et d'un mirage. Ce sera l'apparition du pays à lui-même. Comme un miroir, un reflet dans la pluie.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Alex-Mot-à-Mots 08/04/2019 16:06

Que d'émotions à la lecture de ce livre....

Une ribambelle 08/04/2019 19:21

Oui et mon 4 ème coup de coeur depuis janvier.

Aifelle 07/04/2019 13:21

Je n'ai pas repéré ce livre et ton résumé m'intrigue. C'est un échange épistolaire tout du long ?

Une ribambelle 07/04/2019 13:28

Essentiellement. Seul ce que dit Jo est de la narration pure. Je ne trouvais pas les 70 premières pages exceptionnelles justement à cause du format épistolaire et puis après j'ai été prise par les mots et surtout l'histoire. Il est superbe.